Crise anglophone: Un bébé incendié dans une maison à Batibo

par Theophile Socgnia

Ce jeudi 11 février 2021, alors que l’on célèbre la 55ème édition de la Fête nationale de la Jeunesse dans un contexte marqué par la pandémie de Coronavirus, l’opinion nationale est heurtée par une image qui montre un civil, tenant dans ses bras le cadare d’un enfant calciné, qui a rassemblement trouvé la mort dans un incendie.

Selon les sources proches du dossier, la scène macabre a eu lieu à Batibo, département de la Momo, région du Nord-Ouest du Cameroun. Difficile pour l’heure de connaitre les auteurs de cet incendie. Un doigt accusateur est pointé sur soit, les forces de défense et de sécurité camerounaises ou les séparatistes, lesquelles auraient incendié la maison alors que le bébé s’y trouvait endormi.

Cette tragédie rappelle celle de Ngarbuh, survenue il y a bientôt un an, le 14 février 2020, où plusieurs enfants avaient été tués puis incendiés dans des maisons de fortune. Dans ce cas, il s’agissait de l’œuvre des forces de l’ordre du Cameroun. Ceux-ci méditent actuellement leur sort dans une prison en attendant la suite de la procédure judiciaire.

Nous y reviendrons.

LIRE  Union africaine-Union européenne: 5e sommet Paul Biya présent

You may also like

Laissez un commentaire

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte En savoir plus