Décès de Bernard Njonga: Jean De Dieu Momo, Cabral Libii… rendent hommage à Bernard Njonga

par Theophile Socgnia
Momo Jean De Dieu

L’homme politique est mort ce dimanche 21 février 2021 dans une formation hospitalière en France des suites de maladie à l’âge de 66 ans.

La nouvelle de sa disparition fait le tour de la toile depuis la matinée du lundi 22 février, et suscite de vives émotions au sein de l’opinion.

Parmi les personnes profondément éplorées par son décès,Le président du Parti camerounais pour la réconciliation nationale (PCRN) qui s’est joint à d’autres personnalités publiques et politiques pour saluer la mémoire de Bernand Njonga, disparu le 21 février 2021 en France.

« J’ai personnellement connu et fréquenté l’illustre disparu. Nous avions en partage la conviction que l’agriculture est la clé du décollage socio-économique du Cameroun… Il a su durant son passage terrestre mener des combats retentissants et surtout, structurants. Citons pêle-mêle la campagne contre l’importation du poulet congelé au Cameroun, celle contre l’importation du maïs, les 40 mesures pour changer le Cameroun par l’agriculture, la création du Saild, le tabloïd la Voix du Paysan et j’en oublie…Cet ingénieur agronome s’est également beaucoup investi dans la formation des jeunes au leadership et à l’engagement citoyen.  Au nom du Parti Camerounais pour la Réconciliation Nationale, j’exprime ma profonde compassion à ses familles nucléaire, politique et citoyenne.  J’exhorte ses collaborateurs à tout faire pour pérenniser ses œuvres, et les autorités Camerounaises, à rendre à cette figure de proue du microcosme sociopolitique Camerounais, un hommage mérité pour son œuvre titanesque. Adieu Grand Homme », a-t-il publié sur Facebook.

Le rappeur engagé Gaston Abe Abe, alias Valsero lui aussi s’est épanché sur sa page Facebook; «Il m’a formé. Il m’a fait grandir. Il m’a éduqué. Il était mon ami. Mon complice. C’était un père pour moi. Il ne verra pas le Cameroun dont on parlait. Un Cameroun qui aurait acquis sa souveraineté alimentaire. Il a consacré sa vie à lutter pour que chaque camerounais ait de quoi manger», écrit l’artiste. Les deux ont en effet partagé des projets communs pour le changement du Cameroun, et ont ensemble œuvré au sein du mouvement «Croire au Cameroun» (CRAC), lancé par Bernard Njonga pour porter sa candidature à la présidentielle de 2018. Malheureusement, elle sera rejetée.

LIRE  Coronavirus : FABRICE ONDOA, Le gardien d’Ostende licencié pour avoir organisé une fête clandestine
Bernard Njonga, président du CRAC
Bernard Njonga, président du CRAC

Le Mindel minjustice pleure la disparition du patriote républicain. « Quelle triste nouvelle mon Dieu! Une perte vraiment immense pour le Cameroun. Bernard Njonga était un véritable patriote républicain que j’ai suivi et admiré. Vas mon frère et que ton âme repose en Paix mon ami », écrit Momo Jean De Dieu sur Facebook.

Le politologue Siméon Roland Ekodo Mveng souligne aussi le fait qu’il a été protecteur des consommateurs. « Que l’âme du président du CRAC, Bernard Njonga repose en paix. Au-delà de son robuste programme de développement par l’agriculture, Il fût aussi un illustre défenseur du consommateur », écrit l’acteur de la société civile.

« Bernard Njonga a inspiré la rédaction de mon mémoire de Master. Durant mes recherches, j’ai découvert un homme de conviction, un patriote, un monsieur fort averti des enjeux économiques internationaux liés à l’agriculture. Ses idées ne doivent pas être oubliées!! », ajoute  Hervé Medjo Diplomé en Relation International.

You may also like

Laissez un commentaire

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte En savoir plus