« La prison politique a donné à Mamadou Mota et Maurice Kamto le visage angélique des martyrs de la république et la démocratie »

par Theophile Socgnia
Siméon Roland Ekodo Mveng, Politologue

Mamadou Mota,le premier vice-président du MRC est sorti de prison dans la nuit du 4 au 5 février 2021, après un an et demi (20 mois) à Kondengui pour avoir organisé une marche pacifique, mais interdite, en 2019.

Une semaine après sa libération, le premier vice-président du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC), Mamadou Mota, a retrouvé son domicile de Maroua (Extrême-Nord), au quartier Ziling dans la soirée du 12 février 2021 après près de deux ans de prison.

Au sortir des geôles de Kondengui, le natif de Tokombéré a décidé de se rendre sur sa terre natale en compagnie du président de son parti Maurice Kamto. Ils ont été accueilli par une foule en liesse à Maroua et Tokombéré.

Dans une tribune publiée sur Facebook le dimanche 14 février 2021, le politologue Siméon Roland Ekodo Mveng pense que la prison a rendu le président du MRC et son premier Vice-président renforce leur affection populaire.

La prison politique a donné à Mamadou Mota et Maurice Kamto le visage  angélique des martyrs de la république et la démocratie. Au sens liturgique, la sortie des chefs de file du MRC du mouroir de Nkodengui apparaît aux yeux de l’opinion comme une victoire sur l’injustice du régime, mais également comme une résurrection messianique porteuse de changements imminents. La liesse populaire et l’accueil triomphales symbolisent qu’ils ont passé avec succès le rite de maturation par les brimades et qu’on les intronise désormais à la base comme des métronomes  d’une opposition et d’une populocratie révolutionnaire de cassation et d’implosion du RDPC dans tous ses bastions historiques de l’extrême Nord, du Nord, de l’Ouest et du Centre. Au-delà du bilan médiocre du système et de la soif générale de changement chez les jeunes impatients, mêmes ceux qui n’aimaient pas les idéaux et les acteurs du MRC vont désormais les apprécier par compassion, suivant le juste mot qu’Aristote a appelé l’inclination Affective. J’ai écrit sur Facebook, il y a deux ans, pendant que certains  propagandistes du régime requerraient la perpétuité pour les marcheurs pacifiques de Douala, que la gouvernance par le carcéral sera contre-productive pour le renouveau, autant qu’elle érodera substantiellement le peu de légitimité qui lui restait. Je fais encore la prophétie aujourd’hui, que quand Mebara et Marafa sortiront de prison, le système  sera dans l’agonie ou dans le suicide en espérant qu’il ne tombe pas avant cette échéance.

Siméon Roland Ekodo Mveng, Politologue

LIRE  Paul Biya annule le défilé du 08 mars 2021

You may also like

Laissez un commentaire

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte En savoir plus