l’armée abat 02 redoutables ‘Généraux’ séparatistes à Bambili

par Theophile Socgnia

Après deux heures de coups de feu assourdissants entre 2 h et 4 h du matin du mardi 23 février 2021, les habitants de Bambili dans le département de la Mezam, région du Nord-ouest se sont réveillés pour voir les cadavres de deux combattants séparatistes, le pseudo-« Général Joel Tanteh » et son collègue d’armes Fuonkeh alias le lieutenant « Général Hacher ».

L’opération de mardi menée par les forces de sécurité visait à éliminer les derniers débris séparatistes dans cette localité. Même si certains séparatistes ont pu échapper à la puissance militaire.

Jusqu’à ce qu’il rejoigne le mouvement séparatiste en 2018, Fuonkeh travaillait comme mécanicien automobile à Yaoundé.

Selon les témoignages des populations riveraines,Joel Tanteh était un combattant séparatiste avéré qui leur a offert régulièrement des moments. « Joël ne nous a pas permis de dormir. Il était à la fois un bandit armé et un combattant séparatiste. En fait, il était un élément dangereux. Nous pouvons maintenant pousser un soupir de soulagement. Puisque Joël était le chef de gang ici, nous espérons maintenant dormir les deux yeux couverts. Les étudiants peuvent également étudier sans craindre d’être kidnappés par des combattants séparatistes. Nous espérons que l’armée continuera à nous permettre de vivre en paix », confie un riverain.

Un fusil à pompe et un pistolet automatique ont été récupérés sur les combattants abattus, ont rapporté des sources locales.

Les forces de l’État camerounais se battent pour déloger les séparatistes armés qui ont dressé leurs tentes dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest depuis que les manifestations anglophones se sont transformées en conflit armé en 2017.

LIRE  Plus d’un million d’élèves suivent les cours assis à même le sol dans le Grand-Nord

You may also like

Laissez un commentaire

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte En savoir plus