Menaces au roi Sokoudjou/Pr Jean Bahebeck:« Que le préfet Yampen Ousmanou aille apprendre ou bien qu’il aille demander conseil au Sultan Mbombo Njoya »

par Theophile Socgnia
Pr Jean Bahebeck

Assez régulièrement sur sa page Facebook et à travers des interviews accordées aux médias traditionnels, Sa Majesté Jean Rameau Sokoudjou, le Roi des Bamendjou critique la politique du Président Paul Biya et du gouvernement.

Après une première mise en garde en juillet 2020, Yampen Ousmanou, Le Préfet des Hauts Plateaux a réitéré ses menaces à l’égard du monarque de 83 ans dans une nouvelle correspondance à lui adressée le 19 janvier 2021.

Sa Majesté Jean Rameaux SOKOUDJOU
Sa Majesté Jean Rameaux SOKOUDJOU

Le Pr Jean Bahebeck de l’Union des Populations du Cameroun (UPC) compte parmi les soutiens du Roi Sokoudjou, et ne cautionne pas le ton employé par le préfet pour s’adresser à Sa Majesté Jean Rameau Sokoudjou.

L’universitaire l’a exprimé lors de son passage à l’émission «Face à l’Actu» diffusée sur Spectrum Television (STV). Il trouve condescendante, la sortie de l’administrateur civil vis-à-vis du monarque de 83 ans.

« Est-ce qu’il écrirait comme ça au Sultan ? Est-ce qu’il affronterait avec une telle effronterie le Sultan ? Non ! S’il ne peut affronter le Sultan comme ça, si par hasard il était préfet à Foumban, il n’a pas le droit de parler comme ça au Chef des Bamendjou », a-t-il déclaré, en recommandant au préfet de faire la paix avec le chef des Bamendjou, auprès de qui il a beaucoup à apprendre.

« La chefferie de Bamendjou est la propriété du chef des Bamendjou. Le chef Bamendjou c’est un ancêtre qui a combattu pendant la colonisation et qui récemment, en faveur de la démocratie, est rentré dans sa chefferie et a aidé le RDPC. Il a un DER à aller voir ce type, à se réconcilier et à apprendre de lui. Il assume ses réunions dans son domicile », a-t-il conseillé.

LIRE  Massacre de Ngarbuh: Procès renvoyé au 21 janvier 2021

Pour davantage condamner l’ultimatum du préfet, il prend pour exemple l’attitude du président Paul Biya envers les autorités traditionnelles : « Est-ce qu’il a entendu Paul Biya parler d’un chef de l’Ouest ? On ne parle pas n’importe comment à ces gens-là. Ils sont en même temps une puissance. Ils ont une fonction d’auxiliaires, mais ne sont pas des auxiliaires », a réitéré l’homme politique.

You may also like

Laissez un commentaire

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte En savoir plus