Region du Sud: La commune de Campo réclame une place au sein du gouvernement

par Theophile Socgnia

L’arrondissement de Campo, département de l’Océan, région du Sud, réclame une place au sein du gouvernement. L’information est relayée dans les colonnes du journal Le Messager paru le mardi, 22 février 2021. La doléance a été adressée par le maire de la commune, Robert Olivier Ipoua, au nouveau préfet de l’Océan, Nouhou Bello, au cours de sa tournée de prise de contact à travers son unité de commandement.

D’après les révélations du maire de cette localité située dans le département de l’Océan, les fils et filles de Campo ont des aptitudes pour servir la République du Cameroun mais très peu sont représentés sont des « hautes fonctions nominatives et électives»

«Si l’on pouvait déplorer il y’a quelques années le déficit quantitatif et qualitatif des ressources humaines, la tendance a évolué et Campo est désormais crédité de filles et fils capables de servir la République», a-t-il indiqué avant d’ajouter que, «sans risque de se tromper, notre arrondissement figure parmi ceux dont les fils n’ont pas encore eu la chance d’accéder aux fonctions nominatives du gouvernement», écrivent nos confrères du Messager. 

Cette localité qui compte parmi les plus anciennes au Cameroun (créée le 14 mai 1961), fait face à de nombreuses difficultés notamment, le mauvais état des routes, les coupures intempestives de l’énergie électrique. Ajouté à cela, «le lycée d’enseignement secondaire général de Campo ne dispose d’aucun enseignant de langue anglaise, de même que d’éducation physique et sportive. Les fonctionnaires affectés ici peinent à y rester à cause de l’enclavement. Dans les écoles primaires, le manque d’enseignants est criard», relève le journal.

LIRE  Tomaïno Ndam Njoya, la maire de la ville de Foumban, menace de détruire l’édifice récemment rénové sur ordre du sultan Mbombo Njoya

« Et pourtant, Campo est un véritable site de repos et de divertissement. Arrosée par l’océan atlantique et le fleuve Ntem, on y respire de l’air pur grâce à sa forêt tropicale et humide. Le parc national de Campo-Ma’an d’une superficie de 270 mille hectares créé le 6 janvier 2000 constitue un pool d’attraction…Par ailleurs, la population est repartie en trois tribus à savoir, Iyassa, Mvae et Mabi. À côté de ces derniers, vient se greffer une minorité de pygmées Bagyeli. La situation géographique particulière de l’arrondissement de Campo entre le port en eau profonde de Kribi et la République de Guinée Équatoriale prédispose cette unité administrative à une embellie sur le plan économique. En attendant, les populations vivent essentiellement de la pêche, de la chasse et de l’agriculture de subsistance », renseigne Le Messager.

You may also like

Laissez un commentaire

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte En savoir plus